Cruelle désillusion !

6 mars 2016 - 21:40

Cela faisait 9 mois que nos judokas de l'équipe sénior se préparaient pour ce rendez-vous. Ils avaient d'ailleurs franchi brillamment l'épreuve de qualification le 16 janvier dernier à Besançon en devenant vice champion de Bourgogne Franche Comté.

Ce samedi à Lyon, pour les championnats de France par équipes 2ème  division, ils devaient clôturer en beauté des mois de sacrifices et d'entrainements intenses. Le but avoué était de sortir de poule et de faire le maximum pour passer un tour supplémentaire. Le tirage au sort du matin allait en décider autrement.

Parmi ses deux adversaires, le JCT écopait notamment du 5ème de l'année dernière ; l'autre club venant du bassin d'Arcachon. Peu importe, il fallait faire avec et  Ludo motivait ses troupes sur le tapis d'échauffement.

Pour la première rencontre, face à l'ancien 5ème, tout démarrait pourtant pour le mieux avec une superbe victoire de Lucas Piètre bien que mené de waza-ari. Malheureusement, nos adversaires alignaient ensuite 3 victoires consécutives synonymes de gain de la rencontre. La deuxième se déroulant dans la foulée, il fallait se reconcentrer car une victoire était indispensable.

Tout est alors allé très vite : clés de bras, projection, supériorité à la garde… nos adversaires ont fait preuve d'un réalisme parfait en nous infligeant un cruel 5-0 ; plusieurs combats ne dépassant pas les 30 secondes. Ludo ne pouvait que se rendre à l'évidence : nous n'étions pas à notre place ce samedi à Lyon. 

Alors, bien entendu, une fois les combats terminés, on peut refaire les matchs mais ce n'est pas adopter une attitude constructive. Il faut assumer les choix faits pour pouvoir aller de l'avant. Et pourtant, on se sentait mieux que l'année dernière : l'équipe avait une cohésion formidable (cause de l'exploit de Besançon en janvier), la préparation physique avait été mise en place et nos judokas n'étaient pas émoussés. 

Passés les premiers temps de déception, il faut maintenant analyser à froid cette contre-performance et se poser cette question : alors, on y retourne ? Pour moi, la réponse est clairement oui (mais il est vrai que je ne combats pas) car l'ambiance de ces rencontres est tellement magique qu'on a envie d'y aller tous les ans.

Allez les gars ! Nous ne resterons pas sur cette image mais plutôt sur celle du 16 janvier !

Le Président

Commentaires